Airs de Paris Index du Forum

Retour à l'accueil - Connexion - Groupes d'utilisateurs - S'enregistrerProfilRechercher - Liste des Membres - Se connecter pour vérifier ses messages privés - FAQ

Bibliographie sélective

Qu'est-ce qu'une ambiance urbaine ? (2)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Airs de Paris Index du Forum -> Lieux ou espaces
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
laurent de sutter



Inscrit le: 07 Sep 2006
Messages: 12

MessagePosté le: Samedi 03 Février 2007, 10:13    Sujet du message: Qu'est-ce qu'une ambiance urbaine ? (2) Répondre en citant

Il faudrait pouvoir concevoir un programme d'exercices qui permettrait à chacun d'inventer ses propres modes de respiration à l'intérieur d'une ville comme Paris. Peut-être ce programme devrait-il commencer par des exercices permettant d'affronter les ambiances les plus saturées : la rue des Francs-bourgeois le dimanche après-midi, la rue de Rivoli le premier jour des soldes, le Parc Floral du bois de Vincennes les week-ends d'été, le périphérique aux heures de pointe, etc. Mais il faudrait immédiatement rajouter un avenant à ces exercices : un avenant qui serait consacré aux ambiances non plus saturées positivement (par encombrement), mais négativement (par désertification). Par exemple : les petites rues du XVI° arrondissement au milieu de la nuit. Le but de ces exercices serait de permettre la définition de modes d'habitation propres à chaque situation de saturation. Mais cela n'étonnerait personne que ces modes d'habitation correspondent à chaque fois au mode de saturation opposé : opposer la désertification à l'encombrement, et vice-versa. Dépeupler les espaces trop peuplés, et au contraire peupler les espaces trop désertés. Ces modes d'habitation pourraient impliquer des opérations aussi diverses que la rêverie, l'invention d'un trajet, l'usage d'un adjuvant technique (comme le baladeur ou le téléphone portable), etc. Comme le disait Léo Ferré : la solitude cela n'existe pas. Cela s'invente.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nicolas Bouyssi



Inscrit le: 18 Mai 2006
Messages: 61

MessagePosté le: Vendredi 09 Février 2007, 23:59    Sujet du message: Questions intéressées Répondre en citant

Si on suppose que la respiration est une manière permanente (ou inconsciente ? ou machinale ? une technique de corps de plus ? un habitus de plus ?) d’ingurgiter et de dégurgiter l’extérieur, pourquoi d’emblée aborder la question de ses « modes propres » sous la forme, non seulement du contraste, mais de l’excès ? Pourquoi en appeler tout de suite, afin qu’elle se réinvente (qu'elle se libère ?), à sa confrontation avec des lieux déserts ou saturés ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
laurent de sutter



Inscrit le: 07 Sep 2006
Messages: 12

MessagePosté le: Mercredi 21 Mars 2007, 14:17    Sujet du message: Réponses embarrassées Répondre en citant

Oui. Peut-être. C'est idiot, vous avez raison. Mais enfin : le plus souvent, on ne peut pas respirer du tout. Et, le plus souvent, il y a une raison, très précise, à cela. Contre un type d'irrespirabilité spécifique , je ne pense pas que la respiration en général puisse constituer une réponse suffisante. L'oxygène, c'est pas mal - mais parfois la rêverie c'est mieux. Par exemple. Ou pas ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nicolas Bouyssi



Inscrit le: 18 Mai 2006
Messages: 61

MessagePosté le: Samedi 24 Mars 2007, 21:33    Sujet du message: Ou pas. Ou pas. Hop Répondre en citant

A propos de respiration

Nous pouvons aussi vivre dans un village. Dans un village vrai, à la campagne, un petit village, habitant de la maison à côté d'une maison de ferme à l'intérieur du village. Nous pouvons être un habitant du village. Un joli village, dans le pays, agricole, à côté des bois. Nous pouvons être dans un village. Nous pouvons être un fromage dans la vieille maison du village, un fromage du pays. Le fromage le plus courant, celui que les gens du bourg aiment. Nous pouvons être sur le marché du bourg, l'une des rondelles empilées des petits fromages du pays dans la pile qui s'écoule le plus sur l'étal du marché du bourg à ce moment-là caillé dans le village d'à côté du bourg d'avoir fait le trajet court de bonne heure de la ferme du petit village jusqu'à l'étal du marché du bourg, et être la rondelle de fromage de la pile qui a le plus fort débit dont la pile est sûre de descendre, dont la pile descend, qui s'écoule si bien, qui s'écoule vite en ce moment dans le pays, à cette époque, la rondelle de fromage vers le milieu de la pile le fromage qui se vend le plus vite sur l'étal qui descend.


Christophe Tarkos
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nicolas Bouyssi



Inscrit le: 18 Mai 2006
Messages: 61

MessagePosté le: Samedi 07 Avril 2007, 22:25    Sujet du message: Belle Haleine Répondre en citant

Eau de toilette


Kafka et Conrad cités par Linda Lê, dans le # 3 de la revue Inculte, 2005, p. 13 :

" Au commencement était donc la perte. Il y eut Peter Schlemihl, l'homme qui a vendu son ombre. Il y a l'exilé qui abandonne sa langue pour écrire dans une autre langue. Or la langue, disait Kafka, est "l'haleine sonore de la patrie". Mais pour pouvoir la saisir, cette langue, il la rêve figée, il la veut morte. Ecrire dans une langue qui n'est pas la sienne, c'est faire l'amour avec un cadavre. Mais un cadavre qui impressionne, qui intimide. (...)

"Pour l'exilé, l'entrée en littérature se fera donc sous le signe de la perte et non de l'héritage. De la dépossession et non de la propriété. Il vient de nulle part. Il a tout abandonné. Y compris l'haleine sonore de sa patrie. Il ne lui reste qu'une identité : celle du traître. Il est deux fois renégat. Traître à son pays. Traître à sa langue. Il ne peut s'enorgueillir que d'un seul fait : il représente, comme Conrad, " le cas unique d'un garçon de sa génération et de ses antécédents sautant à pieds joints hors du milieu et des associations de sa race."


Est-ce que tout cela n'aurait pas à voir avec le RÊVE d'une respiration dont l'haleine ne soit plus fétide - disons : une haleine pleine de voilette juste ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Airs de Paris Index du Forum -> Lieux ou espaces Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tous droits réservés aux auteurs des textes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com