Airs de Paris Index du Forum

Retour à l'accueil - Connexion - Groupes d'utilisateurs - S'enregistrerProfilRechercher - Liste des Membres - Se connecter pour vérifier ses messages privés - FAQ

Bibliographie sélective

L'écriture de la ville (3)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Airs de Paris Index du Forum -> Géographies subjectives
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Antoine Hatzenberger



Inscrit le: 18 Mai 2006
Messages: 6

MessagePosté le: Jeudi 07 Septembre 2006, 22:56    Sujet du message: L'écriture de la ville (3) Répondre en citant



L’écriture de la ville (3)


« He lives in Hackney, East London »


Cette laconique indication, par laquelle l’éditeur résume la présentation de l’auteur, en dit bien plus qu’il n’y paraît peut-être. Inscrivant l’écrivain dans le cadre géographique d’un arrondissement urbain (borough), elle en donne la position dans le champ de l’écriture de la ville (code postal E8). Sans l’astreindre à résidence – il n’est finalement question que d’échappées – cette indication lui confère une identité littéraire, une sorte de signature.

Hackney : cette note indique le centre du Londres de Sinclair en même temps qu’elle en fixe l’orient. Elle délimite un territoire familier qui servira de point d’ancrage, de point de repère, de point d’observation et de point de départ à la plupart des pérégrinations urbaines qui forment la trame (le matériau, le support et le récit) du processus de lecture/écriture de la ville. Le point d’où part l’infinité hasardeuse de tous les rayons possibles d’un grand cercle imaginaire de diamètre et de circonférence variables.

« This was the place : Schizophrenia. A New Labour council window-dressing Old Tory corruption : holes in the road, burnt-out wrecks, hooded tollers on bikes, red cones for four-wheel drives. Mid-Victorian squares blithely ignoring bandits estates. Pubs demolished. Cop cars screeching. » etc. (Dining on Stones)

Voir : http://www.channel4.com/4homes/ontv/best&worst/best&worst_hackney.html

Malgré tout, on peut penser que Sinclair fit sans aucun doute un très bon investissement en achetant là une maison, il y a trente ans, pour y installer sa famille et une petite maison d’édition (on peut toujours broder par ailleurs sur les conséquences architecturales et sociales de la gentrification accélérée de certains quartiers).

Graphiques : écritures de la ville.






Ad hominem ? Et alors ? L’économie n’est-elle pour rien dans l’évolution de la forme d’une ville ? Les prix fluctuants de l’immobilier n’en décident-ils pas le dessin ?


…/…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jill Fenton



Inscrit le: 18 Mai 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Samedi 09 Décembre 2006, 11:20    Sujet du message: Responding to Antoine Hatzenberger’s écriture de la ville(3) Répondre en citant

Responding to Antoine Hatzenberger’s écriture de la ville (3)

If Sinclair has accelerated the process of gentrification in Hackney, East London, he has perpetuated it further in Hastings, East Sussex, by acquiring an out-of-town residence on the seafront. The Old Town of Hastings buzzes with the news of his arrival, and expectations are high of him turning up at the Electric Palace flea pit, or of appearing at one of the numerous art shows – Coastal Currents – or poetry readings in The Stag, even contributing to the pub quiz in The First In Last Out.

I don’t know that I agree with the suggestion he is a gentrifier when he has lived for so many years in Hackney and is only a rumor in Hastings. Anyway, if he lives at or near Bohemia in Hastings, the real gentrification is taking place up the road in the Old Town, while Sinclair’s end of town is virtually untouched, one of the wonderful things that is so likeable about Hastings – all the way along the seafront, pleasure arcades, rock shops, fish and chip restaurants with all their combinations of noise and aromas, that are the domain of busloads of elderly, social security recipients and what I always imagine comfortably as the popular people. For me, the most endearing feature of the Old Town is a gentleman’s hairdressing establishment bearing the name ‘Anything for the Weekend Sir,’ the window to which is the entry into a venue of oddly juxtaposed objects. This minute world is an escape from the phantom gentrifier.
Jill Fenton
30 November 2006
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Airs de Paris Index du Forum -> Géographies subjectives Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tous droits réservés aux auteurs des textes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com