Airs de Paris Index du Forum

Retour à l'accueil - Connexion - Groupes d'utilisateurs - S'enregistrerProfilRechercher - Liste des Membres - Se connecter pour vérifier ses messages privés - FAQ

Bibliographie sélective

Shaolin Park

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Airs de Paris Index du Forum -> Appropriations et détournements
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Christophe Kihm



Inscrit le: 18 Mai 2006
Messages: 3

MessagePosté le: Lundi 11 Septembre 2006, 7:49    Sujet du message: Shaolin Park Répondre en citant

Le projet SHAOLIN PARK a été conçu par Guillaume Ségur et Emmanuel Ventillard. Il se propose d’articuler de manière inédite le kung-fu et l’urbanisme à partir d’un jeu d’analogies et de rapprochements, en s’appuyant sur les modifications produites par les technologies numériques à la fois sur l’architecture et sur l’art martial. Son terrain d’investigation est Shanghai.



SHAOLIN PARK

Recherche dans le cadre d’un projet d’installation
Guillaume Ségur, Emmanuel Ventillard



Introduction au projet

Ce projet est une recherche, une tentative de relier une ville et ses architectures ou objets urbains à une discipline : le Kung-fu. Shanghai est le lieu de cette recherche et de cette mise en relation, et le cinéma d’action chinois le prisme à travers lequel va s’opérer cette rencontre.
Ville aux échelles variables et en perpétuelle transformation, Shanghai semble être le terrain privilégié pour une confrontation avec une pratique qui, au moins dans la représentation qu’en donne le cinéma, ne cesse de s’adapter à un espace par l’invention de gestes. Ce qui se met en place dans cette recherche est la confrontation d’une tradition et d’un espace contemporain sur le mode du test de résistance d’un objet à une force. Cette force, en l’occurrence, est un geste qui est aussi une tradition se rejouant et s’adaptant à cet espace contemporain. Nous sommes ici à l’intérieur d’une culture que nous essayons de comprendre à partir des effets qu’elle produit. Le Kung-fu réinvente la ville, mais il est aussi réinventé par celle-ci. C’est cet aller-retour permanent et l’invention produite dans ce va-et-vient qui sert de cadre à ce projet.
Un autre paramètre important de cette mise en relation est ce que nous appelons la « ville numérique ». Le développement de la ville de Shanghai est en effet totalement surdéterminé par une immense maquette (City Planning Model) qui en programme la destruction et la construction. L’utilisation de logiciels de 3D, dans la conception architecturale, révolutionne l’urbanisme en général, mais ce qui a lieu à Shanghai est spécifique, de par l’utilisation et la fonction même d’un modèle (d’une maquette), dont la ville tout entière devient la réalisation. Parallèlement, le Kung-fu a vu, lui aussi, ses formes et ses gestes évoluer considérablement dans son rapport au numérique, à travers les techniques de post-production du cinéma.
Il s’agit donc, dans le cadre de ce projet, de placer le Kung-fu au cœur de cet espace urbain, issu de la numérisation, et de travailler à partir des effets de cette confrontation afin de produire des objets capables de rendre lisible l’inscription de cette évolution dans les corps et dans l’espace. Nous voulons, à terme, produire de nouveaux objets à partir de cette synthèse. Ces objets seraient comme des « morceaux » de la ville « retravaillés » par du Kung-fu.

(…)

Liaison du Kung-fu au cinéma et à l’urbanisme dans le projet

(…) La production numérique des films contemporains induit un remodelage permanent du monde et de ses propriétés. Elle introduit élasticité et malléabilité dans la représentation des faits.

Notre projet consiste à produire des sculptures à partir d’actions qui ont cours dans les films de Kung-fu chinois contemporain. Il s’agit de concevoir des objets qui puissent être à la fois l’incarnation d’un mouvement et le lieu de son expérimentation par le spectateur.
Ces objets sont des prototypes en vue d’une mise en série de gestes et de postures. Ils matérialisent des usages, constituent à la fois le moule d’une action et le lieu de son effectuation. Ce sont des surfaces urbaines, des rebords de trottoir, des tours de bureaux, des poubelles, des échangeurs d’autoroute dont les formes auraient subi les déformations d’un combat. Les échelles sont confuses et la consistance trouble. Ce qui nous intéresse tout particulièrement à Shanghai n’est pas nécessairement la spécificité des objets urbains que l’on pourrait y trouver mais surtout le gigantisme à l’œuvre dans cette ville et l’effet d’amplification d’échelle qu’il produit.

Nous proposons d’envisager ce monde comme une réalité en soi. C’est le lieu d’une fiction matérialisée, la physique qui le régit est complexe, les matériaux n’ont plus de propriétés stables, les vitres se tordent, l’eau est cassante, le béton moelleux.
Chaque objet-sculpture re-paramètre le réel de manière singulière. Il constitue une physique propre et autonome, le lieu d’une expérience fictionnelle à chaque fois unique.

(…)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Airs de Paris Index du Forum -> Appropriations et détournements Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tous droits réservés aux auteurs des textes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com